Journées franco-anglaises – 9 et 10 janvier 2020

Mis en avant

King’s College de Londres (9 janvier) et Maison Française d’Oxford (10 janvier)

L’International Research Network (IRN) en humanités médicales du CNRS organise une première rencontre internationale les 9 et 10 janvier 2020 au King’s College de Londres et à la Maison Française d’Oxford, deux journées sur l’expérience de la maladie, spécifiquement destiné aux doctorants et post-doctorants du réseau.

The French National Centre for Scientific Research (CNRS) has set up an International Research Network (IRN) in the medical humanities, bringing together 11 higher education research institutions in France and further afield.[1] It is organising a two-day meeting in London and Oxford on the 9th and 10th of January 2020, specifically aimed at PhD students and postdocs in the network.

The scientific goal of the meeting is twofold. First, starting off from the idea that qualitative and quantitative research can be complementary, we want to consider the ways in which the relationship between qualitative and quantitative research on illness experience has shaped our notions of the case, the person and the cohort in medicine. Second, we want to consider changes that have occurred in the representation of the patient’s voice through new discursive, social and performative practices, over the last 30 or 40 years – at least since the publication of Jay Katz’s famous book, The Silent World of Doctor and Patient (1984).

To explore these ideas and to reinforce the comparative dimension linking the IRN”s French-speaking and the English-speaking arms, papers of 20 minutes maximum are invited on any of the following topics:

  • The limits of illness narrative
  • The case and the person
  • The lived experience of so called  ‘imaginary’ illnesses (e.g. CFS)
  • Narrating psychological disturbance
  • Illness and autofiction
  • Neurology as the master discipline in today’s medicine

[1] The CNRS itself, University of Paris 3 (Sorbonne Nouvelle), the University of Montpellier, University of Strasbourg, King’s College London, Durham University, Geneva University, Lisbon University, Montreal University, Columbia University.

Programme

January 9th – Anatomy Museum, Strand Campus, King’s College, London

10.30 AM Welcome and Introduction

Moderation : Neil Vickers
Session 1 – Litterature on medicine and illness or litterature as medicine ? (1)

11 AM – Mariana Baptista (Lisbonne) : « The meaning of Narrative Medicine and Medical Humanities : evidence from a scoping review of the literature in North America and Europe »

11.30 AM – Camille Stidler (CRP 19, Sorbonne Nouvelle) : « La représentation de la santé dans l’oeuvre d’Émile Zola : le cas de Germinal »

12 AM – Claire Jeantils (THALIM, Sorbonne Nouvelle) : « La crise d’épilepsie et son récit »

Lunch Break

Session 2 – Litterature on medicine and illness or litterature as medicine ? (2)

2.30 PM – Christina Lee (King’s College) : « Beyond Pathography : Healing Narratives and the Meditative Turn »

3. PM – Charlotte Wu (King’s College) : « Illness in the body social : ‘Disease narrative’ as a form of national auto-fiction »

3.30-3.45 PM Coffee Break

Session 3 – The resources of narrative

3.45 PM – Rebecca Rosenberg (King’s College) : « Linda Lê’s narratives of psychological disturbance »

5.15 PM – Annaëlle Touboul (THALIM, Sorbonne Nouvelle) : « Histoires de fous. How fiction could nurse psychiatry »

January 10th – MFO, Oxford

Moderation : Marie Gaille
Session 1 – « Experiences »

10. AM – Bénédicte Prot (Oxford) : « La question de l’expérience de la maladie au XVIIIe siècle »

10.30 AM – Sacheenie Moodeley (Oxford) : « On Understanding How Some Teenagers Experience HIV-positive Pregnancy »

11.-11.15 AM coffee break

11.15 AM – Mathilde Lancelot (SPHERE, Paris Diderot) : « Du cérébrocentrisme à l’expérience vécue de patients atteints d’une pathologie neurodégénérative »

11.45 AM – Cherie Henderson (Columbia University) : « Having the Last Words : Brittany Maynard and the Moral Authority of the Terminally Ill »

Lunch Break

Moderation : Carle Bonafous-Murat
Session 2 – Writing about oneself

2. PM – Marie Bonnot (THALIM, Sorbonne Nouvelle) : « Le cas du rêveur »

2.30 PM – James Rakoczi (King’s College) : « Therapeutics and the Writing Self : Or, thinking neurologically with Merleau-Ponty in six steps »

3. PM – Carla Robison (King’s College) : « Siri Hustvedt’s the shaking woman’ (2010) : Je est un autre or the Heteroglossic Illness Narrative »

3.30-3.45 PM Coffee Break

Session 3 : Convergent, complementary or irreconciable perspectives ?

3.45 PM – Clémence Guillermain (SPHERE, Paris Diderot) : « Vision biologique et expérience subjective du vieillissement »

4.15 PM – Joana Correa Monteiro (Lisbonne) : « Doctors and moral philosophers »

4.45 PM – Christine Leroy (Paris 1 Panthéon Sorbonne, ACTE) : « Écriture de l’anorexie mentale en première personne et changement de paradigme médical »

Résumés des intervenants

Recherche Humanités médicales désespérément ?!

Dans le cadre du réseau international sur les humanités médicales, la question de la disponibilité et de l’identification des sources, primaires et secondaires, textuelles et iconographiques, a été posée. Il s’avère que la réponse n’a rien d’évident et que, d’un pays à un autre, d’une bibliothèque à une autre, selon le système d’indexation des ouvrages, les humanités médicales sont un champ de recherche manifeste ou … invisible.

Les représentants des partenaires de l’IRN ont été invités, en 2019, à répondre à quelques interrogations :

1.    La bibliothèque de votre institution a-t-elle un fonds dédié aux humanités médicales en tant que telles ?  

2.    La bibliothèque de votre centre de recherche a-t-elle un fonds dédié aux humanités médicales en tant que telles ? 

3.    Connaissez-vous, à proximité de votre lieu de travail, une bibliothèque qui dispose d’un fonds dédié aux humanités médicales en tant que telles ?

4.    En cas de réponse positive à l’une ou à plusieurs des questions 1-3, pourriez-vous nous décrire la composition d’un tel fonds, notamment en termes de périodisation, de champ disciplinaires et d’internationalisation ? Y a-t-il des collections particulières qui y sont accueillies ? 

5.    SI vous ne pouvez pas/ne souhaitez pas répondre à ces questions, pourriez-vous nous mettre en contact avec une personne qui serait susceptible de nous renseigner ? 

6.    Le catalogue est-il consultable ?

Parmi les partenaires, certains nous rapportent l’absence d’un fonds dédié : par exemple, à l’Université de Montréal, nous signale l’historienne Laurence Monnais, tout comme à l’Université McGill, tandis qu’on peut effectuer une recherche avec l’entrée « histoire de la médecine ». À l’Université de Lisbonne, indique Maria de Jesus Cabral, il n’existe pas non plus de fonds dédié aux humanités médicales (pas plus que des institutions géographiquement voisines). 

Certains partenaires, qui s’attachent depuis de nombreuses années, à développer la recherche et la formation en humanités médicales, confrontés à cette absence, ont entrepris de remédier à celle-ci en développant un fonds spécialisé dans leur centre de recherche. Maria de Jesus Cabral (Université de Lisbonne) décrit un fonds composé d’ouvrages essentiellement critiques, relevant des domaines de la médecine narrative (la plupart en langue anglaise(; des rapports littérature et médecine (en anglais et en français) ; de l’histoire de la médecine (en portugais et en anglais) ; de la sociologie (en portugais et en anglais) ; d’anthologies de littérature et médecine (en portugais et en anglais) et de périodiques (en anglais et en français) ; de publications issues des travaux pluri- et interdisciplinaires réalisés au sein du groupe (en portugais, anglais et français). En tout, une centaine d’ouvrages ont été réunis au long des 9 années d’existence du projet à Lisbonne, complétés par un fonds audiovisuel (cinématographique et documentaire d’une trentaine de titres) et d’une base de données

(http://narrativaemedicina.letras.ulisboa.pt/?cat=9). Alain Schaffner (Université de la Sorbonne Nouvelle) a également créé un fonds dédié dans l’unité de recherche qu’il dirige et qui porte le réseau, THALIM (http://www.thalim.cnrs.fr/). Son catalogue est consultable et accueille presque une centaine d’ouvrages en anglais et en français (https://www.zotero.org/groups/487659/biblio_em/items/tag/3.13)

Ces premiers constats- des « humanités médicales », absentes ou non identifiées comme telles dans des bibliothèques universitaires, niché dans des centres de recherche spécialisés, sont partiellement compensés par la possibilité de faire surgir de véritables « banquises » bibliographiques dans des bibliothèques remplissant des missions nationales de documentation ou des bibliothèques spécialisées. Mais là encore, l’état des lieux est très contrasté. Une recherche avec l’entrée « medical humanities » sur le catalogue de la British Library donne accès à plusieurs milliers de références ; une recherche avec trois mots ou expression clé « Medical humanities », « Narrative Medicine », « Health Humanities », donne accès à plusieurs centaines de référence sur le catalogue de la Wellcome Library (https://wellcomelibrary.org/). Une recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France ne conduit pas du tout au même résultat, en lien avec les capacités du référentiel Rameau (également utilisés par la bibliothèque Sainte Geneviève). Deux échanges successifs en 2019 et 2020 avec Michel Netzer, Directeur du département Sciences et techniques, ont permis de comprendre qu’un domaine aussi interdisciplinaire et transversal par nature que les humanités médicales était difficilement « saisissable » par ce référentiel. Aussi convient-il de mener des recherches bibliographiques en multipliant les termes ou expressions indexants – « éthique médicale », « malade », « littérature et médecine », « médecine narrative », « récit personnel », etc.

À ce stade donc, chercheuses et chercheurs doivent faire preuve d’un esprit d’investigation poussé dans les catalogues de nombreuses bibliothèques, en utilisant des mots clé et des entrées qui permettent de circonscrire des ressources en humanités médicales de façon indirecte. Dans certains pays, les humanités médicales en tant que domaine de recherche dépendent de la politique d’acquisition de centres de recherche. C’est notamment le cas en France où les Bibliothèques Universitaires de la Sorbonne Nouvelle sont pilotes dans ce domaine, avec une politique d’acquisition dynamique en 2019 et la constitution d’un fonds indexé comme tel d’humanités médicales. 

AAC « Le corps animal » revue Histoire, médecine, santé

Un des deux numéros de l’année 2020 de la revue Histoire, médecine et santésera consacré à un dossier thématique portant sur la place du corps animal dans les savoirs et les pratiques médicales.Ce dossier concernera les enjeux épistémiques, sociaux, éthiques, politiques, économiques, voire religieux, liés aussi bien aux usages des animaux dans différents domaines de la médecine humaine (anatomie, physiologie, thérapeutique) qu’à la constitution de la médecine vétérinaire en tant que champ de savoir spécifique, y compris en termes d’assise institutionnelle et de professionnalisation, et ses évolutions.
Les articles proposés – en langue française, anglaise ou espagnole – ne devront pas excéder 45 000 signes (espaces comprises). Ils devront être adressés jusqu’au 10 octobre 2019.
En savoir plus :https://journals.openedition.org/hms/1592